Durant ma carrière professionnelle, j'en ai rencontré des DRH, horizons divers et entreprises différentes ou souvent plusieurs se succédant dans une même grande entreprise; le DRH reste égal à lui même : toujours un DRH et à ce jour c'est surprenant, je n'ai encore aucun ami DRH (sauf sur Twitter, souci de me tenir toujours informé de leurs nouveaux projets !), je ne partage jamais leurs idées managériales et au total je pense que nous n'avons jamais la même vision et que nous appréhendons les rapports Travail/Salariés sous des angles strictement différents, peut-être n'avons nous pas les mêmes objectifs au final ?

Il y aussi des PDG-DRH, c'est à dire des Directeurs Généraux encore plus virulents que les DRH (dans ces cas précis, leurs collaborateurs sont de "gentils" DRH, ignares et faisant fonction d'Agents d'Exécution efficaces de petites entreprises); dans le cadre de la complémentarité entre eux et le Médecin du Travail, ces hauts cadres peuvent parfois exiger des "contre-expertises" de vos propres avis d'Aptitude parce qui'ils jugent votre statut de "salarié protégé" trop conciliant avec les salariés et qu'ils perçoivent la Médecine du Travail plutôt comme un contre pouvoir. En effet, "protégé" parce que bien que salarié de l'entreprise, le Médecin du Travail garde un lien de subordination purement financier et contractuel avec l'employeur, celui ci n'ayant aucun droit d'intervention puisque selon la législation le Médecin ne peut accepter de limitation à son indépendance dans son exercice médical de la part de l'entreprise qui l'emploie.

Je suis vraiment triste de vous l'avouer, mais après plus de 20 ans de carrière professionnelle, aucun DRH ne m'a donné une seule fois l'occasion d'envisager une certaine forme de partenariat au sein d'une entreprise quelqu'en soit le secteur; la divergence étant toujours de mise, va s'installer au fil du temps une méfiance permanente entre mon indépendance d'exercice et le manque d'intérêt pour la Santé au Travail manifesté par la plupart des DRH que j'ai côtoyé.

Au Total, c'est une complémentarité déguisée qui se gère au quotidien; un partenariat d'une complexité extrême à mon sens et nous sommes toujours allés droit dans le mur des conflits d'intérêts. Tant que l'employeur (et son DRH) n'auront pas considéré la Santé au Travail comme un critère de performance et de réussite, tant qu'une gestion plus "humaine" des ressources n'aura pas été envisagée, il sera toujours de plus en plus difficile de coopérer entre DRH et Médecins du Travail dans le respect des prérogatives de chacun. En effet et je viens de le parcourir sur le Net (sur un Blog de DRH qui m'a d'ailleurs inspiré cet article !) : d'après une Étude réalisée au Canada, garantir une bonne santé au Travail permettrait de réduire les Coûts : Le Coût d'une Santé déficiente au Travail équivaudrait à 17% de la masse salariale ! DRH à vos calculettes !