Pr_l_vement  Le titre est choquant ; effectivement il existe des Visites Médicales dans le cadre de la Médecine du Travail effectuées à la demande du Salarié, mais appelées : Visites Médicales Spontanées. Mais il ne s'agit pas d'une Visite Médicale Périodique aboutissant à une décision d'Aptitude Médicale légale.

Et pourtant en Tunisie dans certaines entreprises où cette visite médicale périodique est conditionnée par un "bilan sanguin de santé" gratuit et offert par l'employeur, cette requête pour la Visite Périodique est tout à fait habituelle, presque légitime et à la limite du "droit acquis" pour le travailleur, en particulier si le salarié présente un problème de santé précis donnant accès au vue de la Législation Tunisienne à une Surveillance Médicale Spéciale (SMS) annuelle. De toute façon, ce salarié ne sera sûrement pas intéressé par notre Visite Médicale d'Aptitude (au sens clinique du terme), tout ce qui motiverait sa requête insistante ou à la limite ses coups de téléphone revendicateurs sera le "Bon d'Analyses" pour le Laboratoire sans plus !  Usant de son droit à avoir accès aux résultats de son propre Bilan directement au Laboratoire, il ne daignera même pas se présenter à vous Médecin du Travail pour la procédure d'Aptitude.

Mais passons sur les salariés dont l'état de santé nécessite une SMS annuelle et qui à la limite seront de toute façon tôt ou tard convoqués par le Service de Médecine du Travail (automatiquement ou à leur demande) ; là où le mât blesse c'est lorsqu'il s'agit de salariés jeunes adultes (30 à 40 ans) en excellente santé, sans antécédents pathologiques ou maladies chroniques, non exposés à un risque particulier de Maladies Professionnelles ou d'Accidents du Travail (au sens de la Législation Tunisienne de la SMS) et qui revendiquent avec force le droit à un Bilan sanguin "Annuel" dans un cadre préventif et croyant à une campagne de dépistage de Santé Publique ou initiée par l'OMS ! tout en vous rappelant au cas ou vous seriez réticent à leur requête, la réglementation en vigueur en matière de Visites Médicales Périodiques obligatoires.

Ce genre de revendications sociales est généralement l'apanage de certaines entreprises bien particulières : pour la plupart du Secteur Tertiaire (à caractère financier de préférence) mais aussi certains grands groupes ou firmes à haut potentiel financier et ayant de grands moyens sociaux pour pouvoir offrir des Bilans de Santé à leurs salariés. Ces entreprises "profitent" de la présence ou du passage obligatoire d'un Médecin du Travail (vue la réglementation du Code du Travail) pour mettre en place ce type d'opèrations et à la limite obliger ce dernier à interpréter les résultats des Bilans "dans le cadre légal de la Visite Périodique" selon un programme préétabli par eux, l'Aptitude Médicale au Travail constituant un problème tout à fait secondaire pour ce type d'entreprises !

Alors comme beaucoup de Médecins du Travail subissent cette revendication sociale dans le sacro-saint cadre du "droit acquis" encouragée en cela par l'employeur qui monnaye ainsi une certaine paix sociale; j'appelle les confrères à ne pas se laisser dépasser par les évènements quitte à prendre en charge eux même toute l'opération au niveau de leur service de Médecine du travail pour décider : des dates, des priorités au niveau des salariés, des choix de Laboratoires, de la répartition des prélèvements et surtout du détail des Bilans et de la lecture des résultats. Ne laissez surtout pas les services sociaux ou le DRH piloter cette opération et délivrer directement des Bons aux salariés ou inviter un Laboratoire à effectuer les prélèvements sur place.

En somme, il faut donc refuser toute opération dans un cadre de "campagne de dépistage", cette action si elle devait être imposée devra être entièrement orchestrée par le Médecin du Travail ou à défaut par le personnel placé sous son autorité.

PS : Pour mes lecteurs non Tunisiens, la Réglementation Tunisienne (en application de l'Arrêté du Ministre des Affaires Sociales du 21/7/2009) institue une SMS (Surveillance Médicale Spéciale) annuelle pour les salariés suivants : moins de 18 ans - Femmes enceintes ou allaitantes - Handicapés - Travaux particuliers exposant aux risques d'Accidents du Travail ou de Maladies Professionnelles - Travailleurs atteints d'une Maladie Chronique.