sport1  Médecins du Travail au sein de moyennes ou grandes entreprises, vous êtes assez souvent confrontés aux salariés qui vous demandent d'établir des Certificats médicaux d'Aptitude Sportive, à titre individuel ou dans le cadre de licences Sport et Travail au sein de votre entreprise. En fait, ces salariés ou parfois leurs Associations Sportives respectives elles mêmes oeuvrant dans un contexte social au sein de la même entreprise préfèrent consulter le Médecin du Travail plutôt que leur Médecin Traitant simplement afin d'économiser une consultation; ils vont finalement placer ce Médecin du Travail dans une situation qui peut être source de responsabilité (source: MACSF), puisque la rédaction de tels certificats pourrait être plus tard à l'origine de litiges avec le salarié dans la mesure ou le Médecin du Travail n'est pas toujours le mieux placé pour évaluer précisément quels sont les risques liés à la pratique d'un sport et quelles sont les éventuelles contre-indications en fonction de la nature du sport envisagé.

En réalité, rédiger un Certificat Médical d'Aptitude au Sport ou plutôt pour être plus précis "un Certificat Médical de Non Contre-Indications à une activité sportive donnée" ne constitue pas un acte médical aussi anodin ou habituel que l'on a tendance à considérer, en particulier de la part du salarié ou de certains responsables d'Associations Sportives qui banalisent ce document. Certes, le Sport c'est bon pour la santé et il faut toujours encourager toute activité physique, mais en parallèle cette visite médicale doit pouvoir prévenir la mort subite du sportif en recherchant une Maladie Coronarienne (notamment à partir de 35-40 ans chez les hommes) ou une Maladie Cardiaque (notamment chez le sportif jeune).

Malheureusement, les salariés ayant tendance à nous consulter nous Médecins du Travail pour cette visite d'Aptitude sont généralement des hommes de 40 ans et plus, en particulier dans le cadre des équipes "de Vétérans" de certaines Associations Sportives "Sport & Travail" d'entreprises diverses ; c'est à dire des salariés ayant atteints "l'âge noir de la Médecine du Sport". En effet, parmi cette tranche d'âge et selon les données de la littérature (Dr P.Lefevre; Paris Jussieu), il est constaté 90% de morts subites dont 80 dues à l'athérosclérose coronaire; toujours durant cette tranche d'âge (entre 40 et 80 ans), il est noté une baisse jusqu'à 30% du VEMS chez ces sportifs, une baisse pouvant aller jusqu'à 50% de leur CV  et une baisse de 10% tous les 10 ans de leur VO2 max et ce en plus de l'augmentation de la fragilité osseuse et musculo-squelettique notée à partir de cet âge.

Ces différents facteurs de risque nous amènent à reconsidérer les modalités de délivrance de ce Certificat Médical à partir de 35-40 ans et nous obligent à soumettre  ces salariés à un questionnaire médical complet (antécédents, facteurs de risque...) qui leur est remis au préalable et ensuite à procéder à certains examens complémentaires obligatoires dans le cadre de cette visite médicale tels que : ECG systématiques, Épreuves d'effort et à demander au moindre doute un avis spécialisé cardiologique.

Aussi et pour rester dans la légalité, rappelons que la Médecine du Travail est exclusivement préventive et que le Médecin du Travail n'a pas à dispenser sauf urgence des prescriptions ou des soins, même si la rédaction d'un Certificat Médical de Non Contre-Indications à la pratique d'un sport ne constitue pas réellement un acte de soins. De toute façon, une visite Médicale d'Aptitude Sportive ne pourrait pas non plus être assimilée à un acte de prévention entrant dans le champ d'action du Médecin du Travail, et je ne pourrai que déconseiller aux confrères Médecins du Travail de procéder à ces visites d'Aptitude Sportive pour des raisons de responsabilité. Si ces confrères prennent l'option de "rendre ce service" aux salariés ou aux Associations Sportives, ils devront dans tous les cas s'entourer de toutes les précautions d'usage déjà mentionnées précédemment et en particulier durant la période de "l'âge noir de la Médecine du Sport" , et ainsi assumer l'entière responsabilité de leurs conclusions médicales.