stock_photo_hand_with_pen_over_blank_prescription_form_with_patient_information_65988184  La Législation Tunisienne a sous-entendu un suivi "post-professionnel" pour certains salariés ayant été exposés pendant leur carrière professionnelle à certains risques majeures objets d'une surveillance médicale spéciale (SMS) ou pouvant engendrer une maladie professionnelle prévue par les tableaux, cependant ce suivi n'est pas explicite au niveau du seul arrêté du Ministère des Affaires Sociales du 21/7/2009 et qui en parle au niveau de ses Articles 2 et 3 : "le dossier médical et la fiche de surveillance médicale spéciale jointe à ce dossier sont conservés pendant une durée de 10 ans au minimum après que le travailleur ait quitté définitivement l'entreprise", "en cas d'exposition au risque d'une maladie professionnelle dont le délai de prise en charge est supérieur à 10 ans ...ils sont conservés pendant une période supérieure...tel qu'il est prévu dans l'un des tableaux de maladies professionnelles"; il est donc logique que de nombreux travailleurs expriment le désir d'un suivi médical post professionnel même si parfois ils n'ont été exposés à aucun risque particulier.

Comme par ailleurs les caisses d'assurance maladie n'ont pas prévu de bilans de santé systématiques pour les retraités en Tunisie (comme c'est le cas en France au niveau des CPAM tous les 5 ou 3 ans selon les cas), certaines Amicales de Retraités se retournent donc vers leur ancien employeur pour bénéficier d'un suivi post professionnel ordinaire incluant des bilans de santé identiques parfois à ceux du personnel encore actif de ces mêmes entreprises.

S'il est légitime que les travailleurs ayant été exposés à certains risques professionnels prévus par les tableaux puissent bénéficier d'un certain suivi périodique post professionnel correspondant à la durée de prise en charge dans le cadre de la Médecine du Travail ; il est cependant exclu que tous les retraités d'une entreprise puissent recevoir des prestations de Médecine du Travail et à ce titre bénéficier de bilans de santé dans ce cadre aux frais de la médecine du travail et sous contrôle du médecin du travail de l'entreprise concernée.

Aussi, si certaines entreprises envisageraient d'offrir des bilans de santé systématiques à leur retraités dans le cadre d'un avantage social , cette action pourrait être légitime et se placerait dans un contexte bien particulier et strictement indépendant de la médecine du travail, puisque le Médecin du Travail n'aura absolument pas à interférer dans cette campagne ou au niveau de ce suivi médical. L'entreprise concernée pourra faire appel à un Médecin Conseil ou à un Médecin Gériatre conventionné pour cette action précise afin d'interpréter les résultats de ce Bilan de santé dans un premier temps. Les Retraités concernés seront ensuite orientés selon leur type de pathologie vers leur Médecin Traitant accompagnés de leur Bilans de Santé pour le suivi médical ultérieur.

Ceci dit, il s'agit à mon avis d'une excellente initiative envisagée par certaines entreprises et j'encouragerai vivement ce type d'avantages sociaux au profit des retraités à condition de bien placer cette démarche dans son contexte et à ne pas confondre Médecine du Travail et Bilans de Santé ou Bilans de Prévention systématiques dans le cadre d'une action sociale de l'entreprise pour ses retraités .