stress9 Mise à part la visite médicale d'embauche au cours de laquelle la délivrance d'une Aptitude avec Aménagement de poste est toujours source de problèmes pour tous les acteurs d'une entreprise : le salarié, l'employeur et le Médecin du Travail puisque des questions vont pleuvoir de partout pour connaître les raisons de cet aménagement ou d'une restriction médicale quelconque et pouvant parfois même en imposer pour une Inaptitude (en l'absence de possibilités ou surtout de volonté d'aménagement de la part de l'employeur); les autres visites médicales donnant lieu sur un plan légal à une rédaction de fiche d'aptitude sont : la visite périodique et en particulier la visite médicale de reprise du travail.

Mon expérience pour la transmission de ces fiches d'aptitude avec aménagement de poste a montré que le meilleur moment pour le faire est la reprise du travail après maladie ou accident, au mieux précédé d'une visite de pré-reprise me donnant le temps généralement de discuter, surenchérir, polémiquer et argumenter avec l'employeur en prévision de la visite médicale de reprise. Cette visite de pré-reprise me permet également de temporiser la date de reprise du travail (en collaboration discrète avec le Médecin Traitant) si jamais une solution d'aménagement à court terme s'avérait difficile avec l'employeur, me permettant ainsi de prendre du recul pour relancer le DRH ou la Direction Générale de l'entreprise et garantir ainsi un accord préalable de la part de l'employeur concernant des conditions particulières de travail ou des restrictions durant une période bien déterminée. Car il est important de préciser la durée de cet aménagement de poste, même si celui ci apparaît définitif et s'installant sur le long terme d'un point de vue médical, il est plus prudent de proposer dans un premier temps une période de trois mois renouvelable afin d'éviter tout problème avec l'employeur et éviter toute interprétation d'inaptitude provisoire difficile à gérer au moment de la reprise.

Mon taux le plus significatif d'échec d'une décision médicale d'aménagement de poste se situe lorsque cette mention intervient au moment d'une visite médicale périodique (pourtant cas les plus fréquents et à la base même de l'organisation et du fonctionnement de la Médecine du Travail) ; les réponses traînent alors en longueur, les possibilités de l'entreprise s'amenuisent comme par enchantement et vous devriez faire face à un bloc de négativisme hyper soudé entre la hiérarchie et le DRH avec en arrière plan la plus mauvaise volonté du moment. Vous me direz la décision médicale demeure de toute façon contraignante, définitive, souveraine et sans recours (en dehors de l'inspection médicale du travail) mais vous devriez faire face à des réponses très motivées du type : manque de personnel similaire pour effectuer la même tâche objet de la restriction ou de l'aménagement, éventualité de changement de poste ou de mutation avec requête de remplacement de l'intéressé et même assez souvent remise en cause de son aptitude globale au poste éventuellement etc...