stock_photo_carrying_heavy_packages_1192312   Monsieur Y. agé de 45 ans, marié et père de 4 enfants est manutentionnaire depuis 20 ans dans une grande entreprise du Tertiaire. Le réseau de cette entreprise se compose de plusieurs sites (plus de 100) implantés à un niveau régional et répartis équitablement à travers tout le pays. Tous les agents de manutention sont rattachés à un grand département dédié à l'équipement en nécessaires de bureaux et à l'ameublement du siège social et des différentes antennes régionales de l'entreprise. Seuls 7 agents sont qualifiés de manutentionnaires, leurs  principales tâches consistent à assurer le déplacement de matériel, bureaux ou objets, à charger ou décharger des poids lourds ou à stoker des effets en magasin, donc des opérations de prise de charges manuelles ou plus rarement grâce à des engins de manutention. Ils se doivent donc de sillonner tout le territoire pour satisfaire les besoins des salariés en équipements, déménagements, enlèvement de matériel usagé et remplacement par du neuf ou remise en état.

Monsieur Y. présente des Arrêts Maladie à répétition :10 puis 15 puis 30 jours à plusieurs reprises, totalisant prés de 160 jours d'arrêts de travail pour raison de maladie durant une année. Les reprises du travail sont à chaque fois soumises à des conditions de "restrictions ou d'exemption de port de charges lourdes et de travaux pénibles" par le Médecin Traitant et confirmées comme telles par le Médecin du Travail de l'entreprise sur des durées variables de 15 à 45 jours de restriction d'aptitude; de telle sorte que de toute façon durant une année écoulée : entre arrêts de travail et reprises sous restrictions, Monsieur Y. a été empêché en permanence de faire son métier et a été ainsi comptabilisé parmi l'effectif des manutentionnaires sans pour autant procéder à aucune manutention; d'ou grogne au niveau de ses 6 collègues vue l'augmentation de leur charge de travail, grogne de son responsable de département qui ne voit plus le bout du tunnel concernant ce salarié.

En fait, Monsieur Y. présente une hernie discale invalidante, ne répondant plus au traitement médical et compliquée d'une sciatalgie hyperalgique également sévère. L'indication chirurgicale a même été évoquée mais le patient hésite encore. Sa maladie est d'origine non professionnelle. Il est clair que garder Monsieur Y. au niveau du même service "à ne rien faire" risque d'entraver la bonne marche de tout un département, que durant une année bien des retards ont été enregistrés par manque d'effectif et qu'il y a lieu de remplacer Monsieur Y. par un autre salarié qualifié en manutention quitte à recourir au recrutement, puis d'envisager un Reclassement Professionnel pour ce dernier à un poste administratif ou autre malgré son faible niveau d'alphabétisation.

Monsieur Y. a donc été déclaré Inapte au poste de manutentionnaire par le Médecin du Travail puis a bénéficié au bout de 6 mois d'un Reclassement Professionnel à un poste de "Huissier" dans le même département; son travail consistant désormais à faire acheminer le courrier ou à accueillir ou introduire des clients ou des fournisseurs du département. Inutile de préciser que contrairement à d'autres manutentionnaires victimes de problèmes de santé similaires dans d'autres entreprises et qui auraient été déclarés Inaptes et licenciés; Monsieur Y. apparaît vraiment comme étant né sous une bonne étoile, car analphabète et acculé à du travail physique, il aurait également pu être licencié pour absences de possibilités de Reclassement Professionnel et ce d'autant plus que les postes de "huissier' se font de plus en plus rares dans les entreprises (vue l'évolution des technologies de communication et du courrier électronique) sauf peut être encore dans la fonction publique.

Il s'agirait finalement presque d'un poste "sur mesure" créé spécialement pour Monsieur Y. et cette entreprise ne pourrait qu'être félicitée pour sa politique sociale aussi réceptive aux difficultés de la vie de ses salariés. Je vous fais bien sûr abstraction des détails de la rude épreuve durant 6 mois entre Médecin du Travail, Intervenants en Santé Sécurité au Travail, Assistante Sociale, Délégués du Personnel, DRH et bien sûr Chef d'entreprise pour parvenir à un accord de Reclassement Professionnel, cela se passe de tout commentaire mais il fallait le faire !