cash1  A maintes reprises la Médecine du Travail avait déjà tiré la sonnette d'alarme concernant le poste de travail de Caissier au sein de certaines entreprises du secteur Tertiaire et Financier (voir à ce sujet sur ce Blog un article précédent ici); et ce à l'occasion de Réunions de CSST ou d'entretiens courants avec les DRH. Tout Médecin du Travail travaillant dans ce secteur serait prêt à en témoigner (et j'en fais partie) : La Visite Médicale Périodique du salarié "Caissier" se résume dans 1 cas sur 2 en une diatribe contre toutes les caractéristiques et les enjeux de ce poste de travail avec des plaintes nombreuses et polymorphes mais ramenant toutes impérativement vers un seul Risque Professionnel : les Risques Psychosociaux ou les fameux RPS (parmi 60 salariés caissiers vus à ce jour en Visite Périodique, 29 en font partie au sein d'une entreprise de plus de 1000 salariés).

Ces salariés (ayant en général au moins 10 à 15 années d'ancienneté) se plaignent de : Stress jusqu'au Burn out, Surcharge de travail, Pression temporelle et sensations d'être emprisonnés par le travail continu et le temps, Risque Agressions, Risque d'erreurs avec leurs conséquences sur les déficits de caisse à rembourser et de sanctions, Syndrome Psycho-dépressifs, Altercations professionnelles avec la clientèle ou avec la hiérarchie suite à des conflits de valeurs... Il réclament tous haut et fort à changer de poste dans les meilleurs délais (même si un faible pourcentage ira au bout de sa requête en demandant par écrit un changement de poste et ce pour des raisons évidentes de sécurité de l'emploi ou de risque de mutation avec changement de domicile).

A titre d'exemple et au cours de la même semaine, un confrère Médecin du Travail avait reçu en consultation spontanée et à leur demande déjà 3 caissiers (2 hommes et 1 femme) : le premier en plein syndrome psycho-dépressif était adressé par son Médecin Traitant dans le cadre d'une pré-reprise pour envisager un Reclassement Professionnel mais en restant sur le même site d'emploi (c'est à dire un passage de "front desk" en "back office") ; le second est diabétique insulino-dépendant (ce qui théoriquement ne serait pas incompatible avec son poste) mais qui présente des complications dégénératives et vasculaires de son diabète (notamment oculaires et surtout tendineuses) avec en plus une hernie discale lombo-sacrée invalidante (avec sciatalgies) sur fond de syndrome psycho-dépressif pris en charge en neuro-chirurgie et en psychiatrie, il réclame un Reclassement Professionnel après 15 ans de service à la caisse ; enfin la troisième vient de se faire opérer d'une double hernie discale cervicale avec persistance de névralgies cervico-brachiales l'obligeant au port discontinu d'un collier cervical toujours bien sûr sur fond de syndrome psycho-dépressif.

Si le dénominateur commun pour ces 3 salariés pris au hasard du quotidien d'un Médecin du Travail est constitué par la présence d'un syndrome psycho-dépressif suivi en Psychiatrie, il est pourtant évident pour la Médecine du Travail que pour 2 d'entre eux, la vraie raison du Reclassement à proposer serait musculosquelettique : hernies discales à des étages différents pour les 2 cas. L'entretien cependant avec les intéressés était pourtant plus ciblé sur les inconvénients du poste mis en avant par les salariés et justifiant ainsi leur requête que sur leurs pathologies respectives, il est noté un "ras le bol" collectif du poste de caissier avec un rejet total à la limite de la "peur" d'une reprise au même poste quitte à rester en maladie sur du long terme. Ce sont surtout les risques d'erreurs (déficits de caisse à rembourser) qui sont le plus mis en exergue par les salariés avec parfois des sommes assez importantes dépassant de loin la maigre indemnité de caisse servie par l'entreprise et qui ont déjà compromis ou qui risquent encore de compromettre leurs équilibres budgétaires et leur vie de famille.

Je persiste à croire que les solutions à ces RPS ne pourront être prises qu'en CSST (Comité de Santé et Sécurité au Travail) en présence des DRH et des Managers dont relèvent les postes de Caissiers comme invités de ce Comité. Il y a lieu de réviser en commun accord entre la Direction de l'entreprise et les Représentants du personnel les moyens de motivations pour ce poste, l'organisation du travail à ce poste, les rapports sociaux et les relations professionnelles, ainsi que les marges de manoeuvre temporelles et procédurales.