Poste_de_conduite

 

 

 

 

 

Cela parait anecdotique et pourtant il s'agit d'une réalité de mon quotidien de Médecin du travail, des salariés dont les résultats de la visite médicale périodique orientent vers des restrictions d'aptitude médicale ou obligent à des aménagements de poste mais qui refusent ces modifications arguant de leur bonne santé et de l'absence de tout justificatif pour de quelconques réajustements de poste de travail.

En fait, il s'agit généralement de salariés affectés à des postes assez sensibles dans des entreprises du Tertiaire : Sécurité ou gardiennage, travail posté ou travail de nuit, Travail isolé, opérateur de standard téléphonique, chauffeur, postes de contrôle de sécurité. Il est clair que ce type de postes en entreprise offre à leur bénéficiaires certains avantages : pécuniaires parfois (possibilités d'heures supplémentaires, déplacements rémunérés...) mais aussi sociaux (horaires particuliers, mi-temps plein salaire, repos compensateur...); ce qui expliquerait leur acharnement à vouloir préserver leur poste par tous les moyens y compris au détriment de leur santé.

Malheureusement, il n'est pas toujours aisé de déclarer une Aptitude de poste normale à un poste de contrôle de sécurité de nuit et isolé de surcroît à un quinquagénaire porteur d'une pathologie métabolique non équilibrée (diabète devenant insulino-dépendant ou à tendance hypoglycémique par exemple) .Même difficulté pour un chauffeur effectuant des voyages de nuit ou conducteur de poids lourds; obligation également d'aménagement de poste et pouvant aller jusqu'au reclassement pour une opératrice de standard téléphonique qui présente de nombreux épisodes dépressifs majeurs par an et qui doit subir le stress permanent d'interlocuteurs au téléphone pas toujours bienveillants avec parfois 200 ou 300 appels par vacation de 4 ou 6 heures.

Pourtant, en rappelant le rôle et les missions du Médecin du travail, ce dernier se doit de "présenter à l'employeur des propositions sur les mesures individuelles à prendre pour la protection de la santé des travailleurs telles que changements ou aménagements de poste compte tenu de l'aptitude ou de l'état de santé du travailleur" et ce dans le cadre essentiellement préventif de la Médecine du travail laquelle "est chargée notamment de l'examen, du suivi de la santé  des travailleurs et de leurs aptitudes physiques à effectuer les travaux exigés d'eux aussi bien au moment de l'embauche qu'au cours de l'emploi ainsi que de leur protection contre les risques auxquels leur santé peut être exposée du fait de leur profession". Le Médecin du travail est donc investi d'une responsabilité de protection du salarié contre les risques encourus à son poste de travail tout en tenant compte des propres aptitudes physiques et mentales du travailleur à accomplir ses tâches; et il devient alors difficile pour ce Médecin de déroger à ces règles ou d'accepter des concessions afin de satisfaire des raisons purement personnelles ou socio-familiales impliquant le salarié.

J'avoue que plusieurs fois et avec la complicité de l'employeur ou du manager, j'ai eu à gérer de telles situations (parce qu'un aménagement de poste n'arrange pas toujours également le manager) me retrouvant face à un salarié qui refuse l'aptitude en poste ou horaire aménagé, certains sont même allés jusqu'à me présenter des certificats médicaux de bonne santé de leur Médecin traitant, d'autres ont essayé de faire pression à travers les délégués syndicaux, plus grave encore d'autres ont usé de leurs connaissances pour des interventions en haut lieu dépassant parfois le cadre de l'inspection médicale du travail. Certains autres enfin refusent tout bonnement de se présenter à la visite médicale périodique en prétextant toute sorte d'excuses liées à l'emploi du temps, à des oublis ou à des convocations égarées. Si je puis conseiller quelque chose aux confrères c'est de ne pas céder ni se laisser aller avec les sentiments, il y va de la santé du travailleur et de votre responsabilité de préventeur en milieu de travail. Concernant les absences aux convocations de la Médecine du travail, il y aura toujours des moyens pour convaincre le travailleur à travers son Manager ou par le biais du Service des Ressources Humaines : à l'amiable de préférence mais dans tous les cas se souvenir que la Visite Médicale d'Aptitude au travail est obligatoire.