pilotes

1978 c'est l'année de mon Baccalauréat ! je suis en section Sciences & mathématiques et j'ai toujours été un matheux pur et dur depuis le collège. Toute mon enfance j'ai adoré les avions et j'ai toujours rêvé de devenir Pilote, aussi mes choix pour le post bac étaient bien pré-établis et afin de mettre tous les atouts de mon coté j'avais pris Math, une autre option Math et Anglais bien sûr. Ma moyenne au Bac ainsi que mes notes étaient largement suffisantes pour entrer en École d'Aviation et j'attendais donc avec beaucoup d'optimisme les résultats de l'orientation nationale. Et ce fut la plus grosse déception de ma vie: "en raison d'un surbooking en étudiants d'aviation, l'école ne prendra aucun nouvel élève pour l'année universitaire 1978/1979" qu'ils m'avaient annoncé en hauts lieux, en d'autres termes aucune nouvelle orientation vers cette école pour l'année de mon Bac et je devais donc choisir autre chose si j'espérai une éventuelle réorientation pour l'année suivante. Ma tristesse fut indescriptible, au point ou je décidais une année blanche afin d'attendre une réorientation, mon pére en particulier lui, voulait que je fasse Médecine mais me connaissant et mesurant mon amour pour l'aviation n'osait même pas me le proposer devant mon grand désespoir. Devant mon insistance à refuser la procédure d'orientation il osa finalement la proposition dans une optique de "faire quelque chose" en attendant l'année suivante.

J'ai donc entamé à contre coeur une première année de Médecine, je séchais au moins 50% de mes cours et j'avoue que je faisais tout pour rater mes examens et effectivement je n'ai pas été bien sûr reçu à la première session. Et manque de pot pas d'orientation pour l'école d'aviation également pour cette année là non plus. En désespoir de cause je n'avais plus qu'à repasser mes examens de première année de Médecine à la seconde session de septembre ou à essayer de m'inscrire à une école d'aviation privée à l'étranger. Coup de théâtre au mois de septembre, je réussis mon passage en deuxième année avec 10,00 de moyenne et je continue finalement Médecine puisque de toute façon mes parents n'avaient malheureusement pas les moyens de monnayer mes études à l'étranger.

Me voila donc Médecin malgré moi après quelques années, je fais mes stages de stagiaire interné dans les hôpitaux et voila que la chirurgie traumatologique attire mon attention, je deviens accro de chirurgie de la main et je me débrouille même pas mal tout seul au bloc (avec des seniors compatissants), je décide alors de passer le concours du Résidanat (Internat en Médecine) et je me prépare un maximum pour pouvoir faire chirurgie (parce qu'il faut être bien classé pour ce choix), je mets donc le paquet pour ce concours en préparant tous les chapitres sans exception (ou presque, je zappe uniquement la Brucellose c'est un sujet pour vétérinaires me dis-je quand même). Le jour du concours, nouveau coup de théâtre : sujet la Brucellose ! je décide de quitter la salle en présentant une copie blanche tellement j'étais dépité, mes collègues essayent de me retenir "reste, on va se débrouiller personne n'a de toute façon préparé ce sujet" mais moi j'ai la tête dure (j'applique la loi du tout ou rien) et je quitte la salle des examens. Pour la petite histoire : mes 3 copains qui me retenaient sont maintenant l'un chef de service de Gynécologie (Professeur à la Fac), l'autre chef de service de Pneumologie (Professeur à la Fac) et le dernier chef de service de Traumatologie (Professeur à la Fac), comme quoi on peut écrire plein de choses sur la Brucellose sans l'avoir apprise !

Pour mon dernier stage hospitalier, je choisis sciemment une entreprise du secteur industriel qui reçoit chaque semestre un interne en Médecine du travail tout simplement pour faire quelque chose de simple et éviter les gardes et les responsabilités hospitalières parce que je n'avais pas digéré mon échec au concours d'Internat; je croyais pouvoir avoir du temps libre et oublier un peu, ce ne fut pas le cas puisque le Médecin du travail en charge du Service de Santé au Travail de cette entreprise avait juré de me faire aimer la Médecine du Travail : Toxicologie, Risques Professionnels et Ergonomie deviennent mes nouveaux trucs au quotidien et je décide finalement de m'inscrire à un CES de Médecine du travail pour deux années. En parallèle je démarre une vacation de Médecin du travail collaborateur en Service Interentreprises de Santé au travail avec l'arrière pensée de prendre en charge (une fois mon CES terminé) le Service Médical Autonome de la première Compagnie aérienne nationale histoire de rejoindre l'aviation d'une autre façon !

Je n'ai jamais pu être Médecin du Travail d'aucune Compagnie aérienne jusqu'à ce jour. Aprés plus de 20 ans de carrière professionnelle en Santé au Travail, je suis passé par tous les secteurs sauf l'aviation, mon rêve demeure un rêve : "La vie n'est pas un long fleuve tranquille" !