bagages_soute

Ma fille jeune étudiante de retour de vacances, se présente au comptoir d'enregistrement de Tunis air avec un bagage en soute et un bagage à main. Son billet d'avion en classe affaire lui donne droit de transporter 30 Kgs de bagage en soute et 10 Kgs de bagage en cabine; elle bénéficie par ailleurs d'une carte de fidélité (à points) lui permettant un excédent de bagage gratuit de 5 Kgs en soute.

A l'enregistrement, son unique bagage destiné à la soute est assez lourd : 34 Kgs, il s'agit principalement de gros bouquins et de divers documents de travail, aussi la préposée au guichet lui demande gentiment de diminuer 2 Kgs de son bagage parce que seuls 32 Kgs sont autorisés par bagage quelque soit la classe du titre de transport et quelque soit le nombre de pièces et le poids total des bagages admis en soute, chacune des pièces ne pouvant peser plus de 32 Kgs. On nous explique que cette limite s'applique à tous les bagages enregistrés à l'aéroport International de Tunis carthage afin de préserver le dos des agents de piste bagagistes.

En effet, une intervention humaine et manuelle est toujours indispensable afin de charger les bagages en soute : Une première fois du tapis mécanisé et automatique de l'aéroport vers un mini-wagonnet tracté par un véhicule léger vers l'avion stationné sur le tarmac; puis une deuxième fois du mini-wagonnet vers un autre tapis automatique conduisant à l'intérieur de la soute de l'avion (comme illustré sur la vidéo suivante) :

 

Cette manutention manuelle bien que très brève le plus souvent nécessite généralement un mouvement "en vrille" de la colonne vertébrale du bagagiste simultanément avec le mouvement de soulèvement puis de dépose rapide de la charge, et peut se répéter en moyenne jusqu'à 100 fois par avion voir plus pour les gros porteurs ou en cas d'insuffisances en agents de piste. Il est donc tout à fait légitime qu'une telle réglementation soit mise en place par certains aéroports dans le monde afin de contribuer à limiter les risques professionnels de lombalgies chroniques pouvant induire des hernies discales et autres pathologies de la colonne vertébrale chez cette catégorie de travailleurs soumis à des tâches répétées de manutention manuelle de charges lourdes avec déplacement vertical mais aussi brièvement horizontal de type soulèvement et dépose.

A noter que cette limitation à 32 Kgs dans les aéroports dépasse déjà certaines normes Européennes en matière de limites acceptables de port manuel de charges par une personne; en effet la normalisation Française X 35-109 prévoit d'un point de vue ergonomique les recommandations suivantes concernant les opérations de port de charges répétitives (activité régulière répétée plus d'une fois toutes les 5 minutes pendant plusieurs heures) effectuées par les bras sans utilisation de moyens intermédiaires et entraînant des astreintes biomécaniques et bioénergétiques importantes : limitations dans les conditions de référence à 25 Kgs de masse unitaire et un tonnage transporté à 50 Kgs/min soit 3 t/h. Pour rappel, les conditions de référence concernent un homme adulte jeune (18-45 ans) ne présentant aucune contre-indication médicale au port de charges, transportant avec ses bras une charge rigide à une distance de 10 m avec prise et dépose à une hauteur adaptée à sa taille (et retour à vide sur même distance), au sein d'une ambiance thermique neutre sur sol plat non glissant et sans obstacle ni autre contrainte. Ces limitations sont soumises à des coefficients de correction en fonction de l'âge, du sexe, de la distance de transport et des caractéristiques de la charge diminuant de plus en plus la masse unitaire transportée ainsi que le tonnage maximal horaire.

Tunis_Air