drapeau_tunisie_CE

Le constat est alarmant dans le BTP : en 2013, la CNAM (Caisse Nationale d'Assurance Maladie) a enregistré en totalité 44461 Accidents du travail déclarés dont 4599 accidents du travail dans le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics (soit 10%). L'indice de fréquence (IF) apparait quand même assez bas par rapport aux chiffres Européens, il est de 29,8% en 2013 (soit 29,8 accidents pour pour 1000 travailleurs), bien que supérieur à l'IF moyen correspondant à l'ensemble des secteurs qui est de 21,9%.

Les principales causes de ces accidents du travail dans le BTP sont : les éboulements, les chutes de hauteur et les accidents électriques (électrocutions). Ces raisons étant à l'origine de 70% du nombre total d'accidents du travail du BTP et surtout de prés de 90% des accidents mortels.

L'élaboration d'une stratégie nationale de prévention des risques professionnels dans le secteur du BTP apparaît donc comme une priorité et a fait l'objet d'un séminaire organisé à Tunis par le Ministère des Affaires Sociales en collaboration avec la Commission Européenne à travers l'instrument TAIEX (Technical Assistance and Information Exchange Instrument) et dont les principales tâches consistent à :

  • apporter une assistance technique à court terme et des conseils sur la transposition de la législation de l’UE dans les législations nationales des pays bénéficiaires ainsi que sur la gestion, la mise en œuvre et l’exécution de cette législation
  • fournir des formations techniques et une assistance entre pairs (Peer assistance) aux partenaires et parties prenantes des pays bénéficiaires
  • servir de relais d’information
  • fournir des bases de données afin de faciliter le suivi des progrès dans le cadre du processus de rapprochement des législations et d’identifier les besoins d’assistance technique supplémentaires

Cette nouvelle stratégie se voudrait multidimensionnelle et largement partenariale regroupant toutes les parties concernées : Professionnels du secteur (entrepreneurs, architectes, maîtres d'oeuvre...), Ministères (Équipement, Intérieur, Santé, Affaires Sociales à travers l'Inspection Médicale et de la Sécurité au travail, la CNAM et l'Institut de Santé et Sécurité au Travail) ainsi que les partenaires sociaux UGTT et UTICA (Syndicats et Patronnât). Ainsi outre le contrôle et la sensibilisation jusque là insuffisants, un nouveau volet à caractère réglementaire (et à portée dissuasive) leur sera adjoint grâce à l'apport de la Commission Européenne par une lecture de la législation européenne relative à la mise en oeuvre de réglementations efficaces visant à promouvoir la santé et la sécurité des travailleurs et leurs applications dans différents pays.