manchette platrée

En traversant le hall de cette entreprise du secteur tertiaire, je salue habituellement 3 fois par semaine une jeune hôtesse d'accueil installée derrière son comptoir, mais je suis particulièrement surpris ce matin par son attitude inhabituelle d'évitement et sa façon de dissimuler ses mains sous son bureau. Je m'approche finalement de celle ci et remarque qu'elle porte une manchette plâtrée à son membre supérieur gauche. renseignement pris, cette jeune salariée a été victime d'un accident du travail la semaine précédente : fracture non déplacée de la base du 5ème métacarpien de la main gauche suite à une chute dans les escaliers de l'entreprise; traitée par une attelle plâtrée moulée sur mesure elle bénéficie également d'un arrêt de travail initial de 21 jours déposé le jour même chez son employeur.

En réalité, cette jeune dame s'est absentée uniquement 5 jours et a repris son travail depuis 3 jours déjà, de façon prématurée avec accord de son employeur mais sans en aviser ni son médecin traitant ni la Sécu ni bien sûr le médecin du travail puisque j'ignorais moi même toutes les péripéties de cet accident du travail. En fait, cette employée désirait reprendre son travail (parce qu'elle s'ennuyait et qu'elle pouvait assurer son poste avec une attelle plâtrée au poignet) mais aussi parce que son Manager le lui avait "gentiment" demandé vue l'absence de tout remplaçant pour ce poste et les risques de vacance du poste d'hôtesse à l'accueil.

D'abord, il est évident que cette salariée savait qu'il ne fallait pas reprendre son travail sans avis médical puisqu'elle essayait de dissimuler son état de santé au Médecin du travail et ce malgré la sacrée bénédiction de son employeur qui l'avait à ce titre encouragée et même amenée à reprendre son poste prématurément, comportement que je qualifierais d'ailleurs d'irresponsable de la part de son employeur puisque celui ci était tenu de s'opposer à tout retour prématuré et même volontaire du salarié en l'absence de tout document médical le justifiant. Sauf que l'avis d'aptitude de reprise du travail du médecin du travail n'est à ce titre sollicité qu'après une absence d'au moins 30 jours (accident du travail ou maladie ordinaire) et non pour une reprise prématurée, et c'est plutôt l'avis du Médecin Traitant qui primerait pour ce genre de situations : en effet, il aurait été plus normal de solliciter un nouvel arrêt de seulement 5 jours du Médecin traitant (ou une reprise du travail prématurée sans consolidation éventuelle) qui aurait été présenté à l'employeur et transmis de façon naturelle au Médecin de la Sécu (afin d'interrompre les indemnités journalières versées) et ainsi éviter tout problème de cumul de rémunèrations.

En interne maintenant, et même si l'avis du médecin du travail n'est pas obligatoire pour une reprise du travail après 5 jours d'accident du travail, il est recommandé de solliciter l'avis du médecin du travail afin de statuer sur l'aptitude à son poste de tout salarié en situation de "handicap" puisque porteur d'un plâtre au niveau d'un membre afin d'évaluer les risques de "suraccident" et son aptitude à accomplir de façon correcte et surtout sécurisée ses différentes tâches au poste de travail. Pour ce cas particulier, le problème ne se poserait pas puisqu'il n'y a pas de contre indications médicales particulières à ce poste d'"hôtesse d'accueil"; pour d'autres situations tels que des postes de sécurité ou de chauffeurs (s'agissant d'une entreprise du tertiaire), un problème d'aptitude majeure aurait surgi et l'avis du médecin du travail aurait été primordial.