cano_

Mais pourquoi toutes les anciennes archives et en particulier celles des administrations publiques sont elles toutes situées dans les sous-sols ? tout simplement parce que des conditions déplorables de conservation des archives au sein des collectivités publiques mais aussi dans le secteur privé et parapublic demeurent bien connues et à la limite tolérées par un bon nombre d'entreprises ou institutions peu soucieuses de leur histoire et de leurs archives. Aujourd'hui malheureusement, la fonction "archives" peine encore à se faire entendre et à se faire "sa" place dans les mentalités des Managers du 21ème siècle.

Sur le papier ou théoriquement, les matériaux de construction, les conditions climatiques, l'éclairage, la sécurité incendie et la sécurité du personnel utilisateur, la prévention des inondations, la résistance au sol, les rayonnages et matériaux de stockage en général doivent de nos jours obéir à toute une série de normes réglementaires et les locaux réservés aux archives devraient respecter une certaine séparation structurelle entre au moins 2 types d'espaces : ceux du traitement et de la conservation des documents et ceux réservés au personnel (archivistes, manutentionnaires, trieurs ou conditionneurs...).

Cette histoire est pourtant véridique et la visite des archives a bien eu lieu par les soins du Médecin du travail, bon pas en bateau pneumatique ce n'était qu'une métaphore mais à pied et avec des bottes spéciales en caoutchouc (comme celles utilisées par les égoutiers). Cette entreprise ne disposait pas de locaux spécifiques spécialement créés pour le service des archives mais se contentait de quelques espaces en sous-sol aménagés pour ses archives. En réalité, il s'agissait pour ce Médecin du travail d'étudier un poste de travail spécifique d'un salarié "archiviste" affecté aux locaux des archives depuis une dizaine d'années déjà et qui avait repris son travail après un arrêt de travail de 6 mois avec une recommandation de son Médecin Traitant d'éviter les endroits humides ou empoussiérés à cause d'une pathologie pulmonaire chronique non professionnelle. A défaut de locaux simplement humides, il s'agissait bel et bien de locaux inondés et en fait il ne fallait plus statuer sur un aménagement de poste à proposer au salarié mais à propos d'une mutation de poste en dehors de ce service, traduisez un Reclassement professionnel.

Explications du Responsable des Archives au Médecin du travail : la proximité de l'entreprise d'un lac situé à 500 mètres et en raison des dernières pluies torrentielles, les canalisations ayant débordées, certaines autres bouchées ont été à l'origine d'une montée des eaux par les égouts à proximité des sous-sols ou se trouvent ces locaux réservés aux archives de cette entreprise. Le plus étonnant dans ce discours c'est le manque d'intéret porté par cet archiviste "chevronné" à l'état des lieux et surtout aux dégâts occasionnés aux différents documents archivés aux étages inférieurs des rayonnages et aux importantes difficultés à se déplacer dans les locaux, hormis les risques d'électrocution vu le niveau d'eau ayant atteint certaines installations de courant électrique.

Un problème de sécurité et d'insalubrité pour le personnel se posait donc en priorité avant toute investigation d'étude de poste pour le salarié plaignant; le département logistique et technique fut contacté dans les plus bref délais afin de trouver une solution dans l'immédiat pour essayer de pomper toute l'eau due aux inondations et procéder à une restauration conforme aux normes de ces locaux d'archives.

Concernant le salarié objet d'une recommandation d'aptitude médicale, il fut déclaré Inapte au poste d'archiviste avec une proposition de Reclassement professionnel en concertation avec le DRH de cette entreprise. En parallèle, un rappel de recommandations de prévention en Santé au travail a été transmis à la Direction de l'entreprise après une énumération des différents facteurs de risques professionnels inhérants au travail en zone d'archives :

* Risques d'accidents du travail : chutes du salarié, du matériel en rayonnage sur le manipulateur, lumbagos

* Ambiances et contraintes de travail : froid et humidité, inondations, sécurité incendie, électrocution, poussières, contraintes de posture, travail en hauteur, travail sur écran, éclairage, mauvaises odeurs, travail isolé, RPS (travail répétitif, rapidité, stress, contexte du travail "ingrat" dans les sous-sols...).

Des actions préventives d'information destinées au personnel des archives ainsi qu'aux décideurs et managers furent programmées afin de rappeler certaines règles suivantes : gestes et postures corrects pour la prévention des accidents liés à la manutention (aides à la manutention si nécessaire); mesures de lutte contre les risques électriques et les risques incendie et inondations et procédures d'alerte; optimisation de la température et de l'éclairage aux rayonnages et ergonomie des bureaux pour la partie réservée au personnel; bonne fixation des rayonnages qui seront à bonne hauteur; facilité de circulation au sein de tous les locaux.