embauch_

Avez-vous déjà eu connaissance de décisions médicales d'Inaptitude suite à une visite médicale d'embauche ? Pas moi en tout cas et depuis plus de 25 ans de carrière je n'en ai même jamais entendu parler y compris au sein du cercle professionnel assez vaste qui m'entoure. Je persiste et signe puisque je viens de passer en revue toutes les visites médicales d'embauche effectuées par mes soins depuis l'année 1990 à ce jour : Prés de 2000 visites d'embauches en Services Autonomes différents (70% de secteur tertiaire) et dont la quasi majorité ont été déclarés Aptes et seulement 5 nouvelles recrues déclarés Aptes avec réserves, soit dans plus de 99% des cas, la conclusion de la fiche médicale d'aptitude délivrée par la Médecine du travail comportait "Apte sans aucune restrictions". Moins des 1% restants avaient trait à des restrictions particulières (dont 2 définitives et 3 temporaires) et avaient été répertoriés comme "Apte avec Réserves". Pour la petite histoire, les 3 aptitudes avec réserves temporaires avaient été embauchées mais les 2 aptitudes avec réserves définitives (dont je me rappelle très bien encore) n'avaient finalement pas été recrutés par les entreprises concernées : pour l'un, la "réserve" ne permettait plus son affectation au poste voulu, pour l'autre, il a été mis fin à sa période d'essai au bout de seulement 3 mois de travail : Moralité, encore un message clair, fort et peu encourageant aux Médecins du travail qui jusque là "n'osaient pas" faire figurer autre chose que "Apte" sans restriction sur la fiche d'aptitude de peur que la jeune recrue ne soit pas embauchée !

Selon des chiffres de l'Inspection Médicale du Travail en France concernant 9,5 millions de visites effectuées en 2012, la répartition des avis d'aptitude et d'inaptitude faisant suite à une visite d'embauche donne : 97,8% "Aptes" ; 2,10% "Aptes avec réserves" et seulement 0,10% "Inaptes". Cette affirmation étant confortée par la lecture des rapports annuels globalisés de Services Inter-entreprises de Médecine du travail où il y est constaté que les Inaptitudes à l'embauche sont bien proches du zéro statistique.

Pour ces raisons je rejoins ouvertement l'analyse de mon confrère Médecin du travail Dr Quentin Durand-Moreau (article posté sur blogs.mediapart.fr) qui affirme que "oui, on peut se passer de la visite médicale d'aptitude systématique à l'embauche". Je ne me positionne pas non plus parmi les adversaires de l'aptitude qui la présentent comme une pratique désuète, inutile et constituant un acte de pure sélection et non de prévention, mais je demeure favorable à une visite médicale d'aptitude à l'embauche pertinente et adaptée à des postes "à risque" ; en dehors de ces situations, elle sera confiée aux infirmiers du travail sous la forme d'entretien :

En effet, informer le salarié sur les risques des expositions au poste de travail et le sensibiliser aux moyens de prévention sont autant de tâches pouvant être assurées par un Infirmier du Travail qui aurait toutes les compétences pour le faire (les entretiens infirmiers existent "officieusement" déjà, aussi bien au service de santé au travail sous forme d'écoute du salarié, formation et information; que sur terrain dans le cadre des activités de prévention et d'assistance du Médecin du Travail en Tierstemps, bien que placés sous la responsabilité de ce dernier). En cas de problème particulier, de couac éventuel ou au moindre doute justifié par ces professionnels de santé, une visite médicale pourra être sollicitée et un avis médical diligenté. Nous leur faisons bien confiance dans le cadre de protocoles validés par le Médecin du travail pour gérer les premiers instants de nombreuses urgences en entreprise ou pour évacuer des accidents du travail toujours dans le cadre de procédures de secours pré-établies à l'avance.

Alors de grâce, les chiffres parlent d'eux mêmes et la pertinence de ces visites d'embauche effectuées à la pelle ne pose plus aucun doute. Arrêtons ce rituel systématique infructueux qui ne permet que de faire du chiffre et cessons ces faux clichés de "sur-protection" des salariés sous forme de "contrainte" non justifiée pour la Santé au travail et essayons d'être vraiment efficients : faisons confiance aux différents acteurs de prévention en milieu de travail (Médecins du travail, équipes pluridisciplinaires, Infirmiers du travail); la visite d'aptitude à l'embauche demeurera toujours utile et il hors de question de s'en passer pour des postes bien ciblés où l'exposition possible à des contraintes est réelle, où la pénibilité est avérée et où le risque est indubitable.