Marteau Piqueur

L'enquête nationale CaRiPT 2016-2017 (Cartographie des Risques Professionnels en Tunisie) réalisée en 2017 par 142 médecins du travail volontaires auprès de 700000 salariés dont ils assurent la surveillance (agents de la fonction publique et régime non salarié exclus) a mis en évidence que 29% des salariés (soit 203000) sont exposés à des nuisances sonores soumises à une surveillance médicale spéciale.

Cette première estimation publiée par le Ministère des Affaires Sociales (Direction de l'Inspection Médicale et de la Sécurité au travail DIMST) permettra de retracer l'évolution des expositions aux risques professionnels sur des périodes ultérieures par de nouvelles enquêtes transversales. La proportion de salariés exposés à des bruits supérieurs à 85 dB(A) toutes durées d'exposition confondues est estimée à 20,7% en 2017, en notant que 8,9% de l'ensemble des salariés sont exposés à un bruit comportant des chocs ou des impulsions et que 4,5% cumulent ces deux expositions. Par comparaison en France et au cours des 15 dernières années, la proportion de salariés exposés à des bruits supérieurs à 85 dB(A) toutes durées d'exposition confondues s'est accrue, passant de 13% en 1994 à 18% en 2003 puis 20% en 2010 (Enquête SUMER : Surveillance Médicale des Expositions aux risques Professionnels).

Selon les résultats de cette même enquête CaRiPT, la protection auditive individuelle  n'est disponible et adaptée que chez 45,4% seulement des salariés exposés à des bruits de niveau moyen d'exposition sonore supérieur à 85 dB(A), soit moins de la moitié. Chez les salariés exposés à des bruits comportant des chocs et des implusions, seuls 44,5% également de ces derniers disposent d'une protection auditive individuelle adaptée.

Bruit et critères socio-démographiques : 41,1% des hommes qui travaillent sont exposés aux nuisances sonores alors que seulement 17,9% des femmes le sont. Plus du 1/3 des salariés de plus de 50 ans sont exposés à ces nuisances sonores (36,2%) sachant qu'une oreille vieillissante est plus vulnérable à une agression sonore qu'une oreille jeune.

Bruit et secteurs d'activités : Plus de la moitié des salariés pour chacun des secteurs suivants déclarent être exposés à des nuisances sonores, respectivement l'industrie extractive, la construction et les secteurs de la production et distribution d'eau (assainissement, gestion des déchets et dépollution). Un peu plus du 1/3 des salariés des industries manufacturières y sont également exposés. (Voir détails sur Tableau suivant)


 

SECTEURS                                                                                  PROPORTION DE SALARIES EXPOSES AU BRUIT

* Industrie extractive                                                                                                                                        54,9 %

* Construction                                                                                                                                                  54,6 %

* Production & Distribution d'eau; Assainissement, Gestion des déchets et dépollution                                50,2 %

* Industrie Manufacturière                                                                                                                               33,9 %

* Transport & Entreposage                                                                                                                              25,1 %

* Hébergement & Restauration                                                                                                                       19,8 %

* Activités de Services Administratifs et de Soutien                                                                                        19,1 %

* Commerce; Réparation d'automobiles et motocycles                                                                                    6,7 %


 

Dans la rubrique Multiexpositions (en plus de la nuisance sonore), l'enquête CaRiPT 2016-2017 a permis de révéler que presque tous les salariés déjà exposés au bruit subissent aussi des contraintes articulaires et posturales (96%), 2/3 de ces salariés exposés aux nuisances sonores (66%) accomplissent aussi de la manutention manuelle de charges et que seul le 1/4 des salariés exposés au bruit (26%) utilisent des machines et des outils vibrants.

A ce titre et malgré l'absence d'un cadre réglementaire spécifique à la prévention du risque lié aux nuisances sonores, rappelons pour mémoire les principales bases légales et normatives (nationales et internationales) concernant la prévention du bruit en milieu professionnel en Tunisie : 

* La convention 120 du Bureau International du Travail (BIT) concernant l'hygiène dans le commerce et les bureaux

* La Loi n°69-39 du 26 juillet 1969 portant ratification des conventions internationales du travail (n°59, 77, 117, 119, 120 et 127), ratifiée au BIT le 14 avril 1970 et dont l'article 18 précise que "les bruits et les vibrations susceptibles de produire sur les travailleurs des effets nuisibles doivent être réduits autant que possible par des mesures appropriées et praticables".

* Le Code du travail, dont l'article 152-2 peut être utilisé pour inciter l'employeur à mettre en place une prévention contre le risque "bruit" et qui stipule que "tout employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires et appropriées pour la protection des travailleurs et la prévention des risques professionnels".

* Le Décret n°68-83 du 23 mars 1968 fixant la nature des travaux nécessitant une surveillance médicale spéciale tout en incluant les travaux exposant au bruit.

* La Loi n°94-28 du 21 février 1994 portant régime de réparation des préjudices résultant des accidents du travail et des maladies professionnelles et son Arrêté des ministres de la santé publique et des affaires sociales du 10 janvier 1995 fixant la liste des Maladies Professionnelles , et ce par son Tableau n°80 (Les Bruits Lésionnels) qui fixe le niveau d'exposition sonore quotidienne (Lex,d) seuil à 85 dB(A), complété par les Arrêtés du 15/4/1999, du 5/1/2003, du 15/8/2007 et du 29/3/2018.

* La Directive 2003/10/CE du Parlement Européen et du Conseil du 6 février 2003 concernant les prescriptions minimales de sécurité et de santé relatives à l'exposition des travailleurs aux risques dus aux agents physiques (Bruit). Celle ci définit 2 seuils à partir desquels il faut déclancher une action préventive : un seuil d'action inférieur correspondant à une "valeur d'exposition inférieure déclanchant une action préventive", et un seuil d'action supérieur correspondant à une "valeur d'exposition supérieure déclanchant une action préventive". Chaque seuil étant défini en dose journalière de bruit (Lex,8h) exprimé en dB(A) et en niveau de pression acoustique de crête (Lp,c,peak) exprimé en dB(C) indiquant le niveau maximal instantané du bruit. La réglementation spécifie en outre une "valeur limite d'exposition" (VLE) qui ne doit être dépassée en aucun cas. (NB : Transpositions et Textes d'application en France à compter du 19/7/2006) :

SEUILS D'EXPOSITION SONORE  (Cliquez pour Agrandir)

Seuils Exposition Sonore-UE