coaching  Stress, souffrance, violence, déprime, manque de motivation, troubles du sommeil, difficultés à se lever le matin pour rejoindre son travail et absentéisme galopant sont des termes que j'ai fini par apprendre par coeur au quotidien tellement ils sont devenus monnaie courante en milieu de travail et plus particulièrement en secteur tertiaire. Les Spécialistes regroupent aujourd'hui tout ce Mal être sous la dénomination de RPS ou Risques Psychosociaux.

En France des programmes variés et multiples sont concoctés tous les jours pour la prévention des RPS, on parle maintenant de dispositif d'appui au dialogue social avec divers intervenants de l'intérieur comme de l'extérieur de l'entreprise. Les Médecins du Travail ainsi que les membres de CSST(ou CHSCT) en général sont déjà dépassés par les RPS et cherchent des solutions en dehors de l'entreprise.

Mais qu'en est il en Tunisie ? très peu en parlent, aussi bien coté délégués du personnel que du coté employeurs. Les Médecins du Travail ne font que constater pour le moment et le mot stress commence à être prononcé au sein des réunions de CSST : c'est déjà un grand pas à mon avis. En Tunisie aussi, et dans le but d'améliorer le climat social ou de créer à nouveau un lien social avec les employés, la politique dite "cosmétique" avait déjà été proposée aux salariés de certaines grandes entreprises à gros budgets du secteur tertiaire avec les chèques cadeaux, les chèques resto, les cures de SPA (anti stress), les salles de sport et les voyages au bout du monde largement compensés par l'employeur.

Mais les résultats sont là, la démotivation est toujours et encore d'actualité, il est temps à mon avis de faire appel au coaching et d'envisager de nouvelles solutions dans ce cadre qui existe déjà : le CSST et qu'il faut absolument réactiver. En effet trés peu de CSST sont actifs au sein des entreprises, certains ne se sont même jamais réunis alors qu'il existe une Commission Consultative d'Entreprise (ou Comité d'Entreprise) et un Médecin du Travail et ces 2 derniers acteurs ne collaborent que rarement, bien que la législation tunisienne prévoit que l'employeur soumette à la CCE les activités du Service Autonome de Médecine du Travail (article 12 du Décret n°2000-1985 du 12/9/2000 portant organisation et fonctionnement des services de Médecine du Travail). 

La Législation Tunisienne (code du travail article 161 nouveau) a prévu toutes les attributions de la CSST (voir à ce sujet mon article du 6/6/2011 relatif à la Commission de Santé & Sécurité au Travail - Tag CSST ou catégorie Médico-légal), et la prévention des RPS pourra être envisagée sous cet angle et dans le cadre de la mission de la CSST de proposer des programmes de prévention des risques professionnels au sein de l'entreprise. Il est grand temps que les dirigeants en Tunisie prennent conscience de l'importance du bien être chez les salariés et admettent que la démotivation peut coûter très cher à leur entreprise, aussi se réunir autour d'une table une fois tous les 2 mois et envisager de créer des sources de motivation ou de coacher les travailleurs en invitant des consultants ou des Spécialistes du domaine ne pourra être que bénéfique et pour les salariés et pour la prospérité de l'entreprise.