masque_protection

J'aborderai le problème avec élégance en me basant sur les principes du Code du Travail (Titre II Principes Généraux de Prévention) qui stipule que l'employeur est tenu de par la loi de protéger la santé de ses salariés (Article L.4121-1).

Grippe A H1N1, Coronavirus, Hémoptysie, Gale, Vitiligo ou prurit en général sont des maladies ou des symptômes redoutés par certains Managers et parfois même DRH un peu trop "frileux". J'ai placé ce post parmi les anecdotes de ce Blog parce que j'ai toujours accepté le comportement de ces derniers avec beaucoup d'humour et de compréhension pour ma part, ce qui n'était pas toujours le cas de la part des salariés pointés du doigt pour ce types de requêtes "particulières", aussi me suis-je d'abord basé sur la législation et le fameux principe de précaution avant d'aborder tout excès de comportement préventif dans un cadre de paranoïa. Les faits parlent d'eux mêmes :

En pleine "pseudo-épidémie" de grippe A H1N1 et à plusieurs reprises, des salariés me sont adressés par leur Manager pour les "placer en congé de maladie" ou officiellement les déclarer "inaptes temporaires pour raison de santé", motif : ils ont un enfant malade de la grippe H1N1 ou un parent vivant sous le même toit atteint "probablement" de ce type de grippe. Je déclare les dits salariés Aptes à leur poste mais je suis quand même contacté le lendemain par le DRH "qui voulait juste s'assurer du bon sens de mes décisions" !

Même requête en période de retour du pèlerinage à la mecque, je suis contacté par un DRH qui m'informe que 2 de ses salariés ont des parents âgés de retour d'Arabie Saoudite qui sont atteints par le Coronavirus, et celui ci sollicitait mon aval pour les empêcher de rejoindre leur poste de travail afin de se mettre en congé quelques temps "au cas ou" jusqu'à guérison de leurs parents, en fait il sollicitait de les placer "en quarantaine" en quelque sorte !

Il est clair que concernant ces 2 situations précédentes en relation avec des pathologies virales, ce ne sont jamais les salariés qui sont personnellement concernés mais leur entourage familial, et que manifestement l'information portée à la connaissance du Manager ou du DRH ne pouvait être acheminée que par l'intermédiaire des intéressés eux même (ou par l'intermédiaire de leurs collègues) de façon tout à fait fortuite ou plutôt sans "arrière pensée".

D'autres situations à la limite plus "censées" concernent les salariés eux même et non un membre de leur famille, accusés d'être potentiellement contagieux à cause de maladies de la peau généralement ou de pathologies pulmonaires "à connotation" contagieuse : Un salarié hospitalisé en Service de Pneumologie (pour hémoptysie) et dont ont eu connaissance ses collègues pour en référer à leur Manager, ce dernier me contacte pour "un traitement préventif contre la Tuberculose" pour toute son unité y compris lui; en fait le salarié présentait simplement une DDB (Dilatation de Bronches) et j'avais été averti de son hospitalisation par l'intermédiaire des Services Sociaux. Devant mes réponses rassurantes quant à sa non contagiosité, le dit Manager avait ameuté le DRH puis très rapidement les délégués syndicaux afin que des pressions soient exercées sur le Médecin du Travail "au cas ou" !

Enfin concernant les pathologies dermatologiques, ce sont surtout les problèmes de prurit qui attirent le plus l'attention des Managers puisque l'un d'entre eux bien que se trouvant sur un Site assez éloigné du Siège Social, avait préféré effectuer le déplacement pour me rencontrer après avoir demandé à voir le Médecin du Travail pour "signaler un problème grave touchant la santé des travailleurs". En fait il insistait pour que je procède à la convocation d'un salarié qui présentait un prurit persistant depuis prés d'un mois (selon ses dires) sous couvert d'une visite médicale périodique obligatoire afin de procéder à son éviction temporaire parce qu'il ne pouvait s'agir que d'une gale maladie parasitaire très contagieuse, et ce dans un cadre de prévention pour tous les salariés du Site (le salarié était connu du Service de Médecine du Travail comme étant porteur d'un psoriasis rebelle aux différents traitements).