Sigismond_jaccound

Je classe cet article au sein de la rubrique "anecdote" parce que je m'attendais à de l'incompréhension de la part du salarié "monsieur tout le monde" mais jamais d'un salarié ayant entrepris ou achevé des études médicales. Même s'il s'agit de Médecins ou Pharmaciens à connotation ou à vocation commerciale pour ce cas précis, il n'en demeure pas moins qu'il s'agit de confrères censés mieux comprendre l'organisation et la mission de la Santé au Travail en général.

Vous l'aurez très probablement compris, les salariés de cette entreprise un peu particulière sont des Visiteurs et des Délégués Médicaux : des Médecins, des Pharmaciens, quelques Vétérinaires et autres cadres n'ayant pas achevé leurs études médicales. L'entreprise est un Laboratoire Pharmaceutique employant bien plus qu'un millier de salariés rien qu'en France et dont l'activité principale consiste bien sûr en la promotion de ses produits pharmaceutiques.

Après plus d'une année d'activité en Service Médical Autonome, ce Médecin du travail à temps partiel a du interrompre ses vacations et "se faire démissionner" en proposant lui même une résiliation de son contrat de travail aux décideurs de ce Laboratoire . Ces confrères n'ont absolument rien compris aux missions de la Médecine du travail, ils estiment que la Santé au Travail (obligatoire cela dit en passant) leur revient trop cher en Service Autonome par rapport aux prestations offertes et qu'il valait mieux intégrer "éventuellement" un Service Inter-entreprises pour "être en règle" sans plus avec la législation .

Pourtant leur Médecin du Travail avait un programme bien précis de prévention des risques professionnels en rapport avec le métier de Visiteur médical (lombalgies, conduite automobile, risque infectieux en cabinet et en milieu hospitalier, horaires décalés, manutention de produits et échantillons médicaux, RPS, stress, TMS avec le travail sur écran sur ordinateur portable et tablette...), mais il n'intéressait personne de le mettre en place; en fait les seules requêtes de ces "professionnels de santé" (si l'on peut les appeler ainsi) et à leur tête leur Directeur Général consistaient à vouloir considérer le Médecin du Travail comme un Médecin Référent "polyvalent" habilité à effectuer des consultations de Médecine Générale et à prescrire des ordonnances ainsi que des examens complémentaires, à leur interpréter un Bilan biologique dont il bénéficieraient une fois dans l'année (et aux frais de l'assurance groupe si possible) et surtout surtout à leur injecter leur "fameux" vaccin contre la Grippe; requêtes bien sûr entièrement et catégoriquement rejetées par le Médecin du travail.

Quel gâchis, je suis vraiment déçu et choqué par ce comportement émanant de confrères censés être compréhensifs et à la limite plus entreprenants. C'est à la fois déprimant et surtout dévalorisant pour nous Médecins du Travail qui essayons au quotidien de convaincre (d'ailleurs bien plus facilement) les salariés de différents corps de métier du rôle et des attributions du Médecin de Santé au Travail. Heureusement qu'en milieu hospitalier, les vrais professionnels de la santé sont nettement plus déterminés et plus soucieux de la prévention de leurs risques professionnels et surtout plus respectueux de leurs confrères dans la Spécialité de la Santé au travail.