piqure1  Je suis Médecin du travail en CDI depuis plus de 20 ans ; j'ai toujours refusé la position de cadre statutaire au sein de la moindre entreprise afin de garder mon entière indépendance. Aussi, officiellement je ne suis pas titulaire de mon poste nulle part.

J'avoue cependant avoir toujours été on ne peut plus aimable et courtois avec les "patrons" successifs des différentes boites ou j'ai bossé (et même avec leurs plus proches collaborateurs ou "petits patrons") et ce malgré mes statuts très autonomes et mes tendances à l'insubordination qui me permettaient de les envoyer tous "valser" de temps en temps. Pourtant, en dehors de quelques exceptions (notamment mes employeurs actuels et oui ! ) ces personnes sont généralement d'une indélicatesse légendaire au moment de vous demander un service personnel (un avis médical, une prescription, un contrôle tensionnel ou même une consultation), parce que de leur point de vue il est tout à fait légitime que le Médecin du Travail leur accorde une consultation ou leur prescrive une ordonnance et c'est même à la limite un droit acquis, ils sont au dessus de la loi eux et puis il s'agit du "Patron". Le plus souvent, le patron essaie de vous dicter l'ordonnance, son diagnostic est déjà établi et vous n'aurez qu'à l'entériner ; si vous marchez dans la combine la première fois, vous serez coincé et désormais ce sera "ainsi" à long terme, aussi je vous conseille la fermeté dès la consultation inaugurale (cette consultation arrive généralement au delà du 100ème jour de la prise de fonction du patron, comme en politique en fait) quitte à paraître trop "rigide" comme Médecin (et c'est tant mieux, on vous appellera moins souvent).  Si l'on vous fait appeler, c'est toujours urgent (question de vie ou de mort du patron !) même si fréquemment vous aurez vous Médecin du Travail le privilège de connaître la salle d'attente et de patienter que le Patron (toujours en état de burn out) se "libère" de son travail  qui ne s'interrompt jamais même lorsqu'il ne sent pas bien !

En effet le patron peut se permettre de répondre au téléphone pendant que vous avez votre stéthoscope sur sa poitrine (et même si cela gène votre auscultation), il peut également recevoir un collaborateur (pour lui prodiguer des instructions urgentes) en votre présence, vous devriez vous débrouiller pour lui remplir un bulletin de soins Assurance Maladie (même si lui n'en a pas, il n'a pas le temps pour s'occuper de ses futilités), et puis ne lui donnez pas l'ordonnance en mains propres mais à sa secrétaire qui se chargera de lui acheter ses médicaments. Je me rappelle encore de ce patron qui avait insisté pour se faire un Électrocardiogramme sur la banquette de son salon, de celui qui ne se faisait prélever pour des bilans sanguins que dans son bureau (et il fallait l'appeler le matin pour lui rappeler de rester à jeun), ou celui à qui il fallait passer une fois par semaine (pendant 6 semaines) à jour et horaire fixes, pour lui faire avaler sa pilule de prévention antipaludique (en raison d'un déplacement récent en zone endémique africaine). Chose également très frappante, ces personnages ont toujours cette manie agaçante d'entamer la conversation en me rappelant qu'ils étaient les plus "stressés" du monde !

Mais la meilleure je l'ai gardée pour la fin, c'est la fameuse requête il y a quelques années déjà, d'un ex patron d'une boite qui avait chopé une petite grippe "gentille" la veille d'une réunion importante, il m'avait bien sûr fait appeler en catastrophe (comme toujours), je constatais un petit syndrome rhinopharyngé, quelques courbatures et une petite fébricule, je proposais donc un peu de paracétamol et de la vitamine C ce qui déclencha la fureur du patron, qui exigea un "cocktail antigrippe". Alors pour les novices, ce fameux et mystérieux cocktail Tunisien (inventé d'ailleurs par les quelques infirmeries de la place et adopté par une frange particulière de la population y compris même par certaines pharmacies), se compose d'un mélange injectable en intramusculaire faisant alterner selon les "concepteurs" les produits suivants : Sérum Physiologique, Aspégic, Vitamine C, Lincocine ou autres antibiotique injectable et Cortisone. Ce cocktail dont l'accumulation des effets indésirables est parfois explosive, est supposé être très efficace aux dires de ses utilisateurs contre les syndromes grippaux ou viraux en général en "boostant" le consommateur par une amélioration rapide et spectaculaire, il s'administre théoriquement en une injection unique et coûte entre 3,5 et 5 DT (environ 2 Euro) donc il revient nettement moins cher qu'une consultation médicale avec son ordonnance standard. Cette requête du cocktail gratuit par le patron avec en prime le ton de l'injonction était bien sûr restée lettre morte car pour ma part je lui avais bien expliqué que je ne croyais pas en ces potions magiques, et que je préférais garder mon statut de Médecin du Travail et non tomber dans le charlatanisme. Je pense que depuis cet incident et jusqu'à son départ de l'entreprise et "comme par hasard" je n'ai plus été sollicité pour quoi que se soit par ce chef d'entreprise.