diabete

Un salarié diabétique est un salarié normal, apte au travail pour la plupart des postes d'une entreprise à quelques exceptions près (professions non accessibles et certains postes de sécurité); le diabète n'empêche donc pas de travailler, bien au contraire : bien équilibré, régulièrement suivi et traité et accompagné d'une bonne hygiène de vie; celui ci pose de façon très rare des problèmes d'inaptitude, les aptitudes avec aménagements étant toujours possibles et compatibles avec les postes de travail.

L'accès à certains métiers demeure interdit aux diabétiques : Les écoles militaires et les métiers de l'armée (armée, pompiers, gendarmes); Les métiers conditionnés par l'aptitude au service militaire national (exemple : agent des douanes ou de la sûreté); Les métiers aux réglementations particulières; Les métiers nécessitant un permis particulier (chauffeur de poids lourds, de transports en commun, ramassage scolaire, taxi, ambulances, permis mer, pilote privé et professionnel); Les métiers de service de sécurité (surveillant établissements pénitentiaires, aiguilleur, personnel navigant et technique de l'aviation civile, marine marchande...).

En réalité, les postes de Sécurité (en général) sont contre indiqués si le salarié présente des malaises hypoglycémiques, c'est pour cela que les nouvelles molécules n'entrainant pas des hypoglycémies sont préférées chez ces salariés diabétiques déjà affectés à des postes de sécurité tels que : Postes de Contrôle et de Sécurité (vidéo-surveillance, systèmes d'alarme et de suivi permanent), Postes de travail isolés tels que les Agents de Sécurité, Travail en hauteur, Manipulation d'outils dangereux, Contact avec des courants de haute tension, conduite de chariots élévateur... Ces métiers dits de Sécurité comprennent en fait des postes ou l'état de santé du salarié peut mettre en danger soit lui même soit ses collègues ou carrément nuire à l'exercice de ses fonctions. Il s'agit donc de Professions à risques dont l'Aptitude médicale est laissée à la diligence du Médecin du travail qui pourra évaluer le poste et l'état de santé du salarié et remettre en question l'aptitude si certains éléments pouvaient jouer un rôle défavorable sur l'équilibre du diabète, c'est le cas des métiers comportant un risque infectieux ou traumatique (métiers de l'alimentation, éboueurs, jardiniers, travail dans les stations d'épuration...), ceux présentant des difficultés pour faire des repas équilibrés ou les métiers nécessitant des efforts physiques intensifs et irréguliers.

Nous abordons dans ce post le cas d'un salarié diabétique âgé de 50 ans père de 4 enfants en bas âge et exerçant le métier de jardinier au sein d'un établissement hôtelier de renommée comportant de grands parcs plantés de rosiers, gazon et autres types de fleurs et arbustes ainsi que de hautes haies de protection. Ce palace emploie cet employé depuis plus de 20 ans et son diabète est apparu depuis une dizaine d'années. Il est passé à l'insuline depuis quelques mois mais ne parvient pas à obtenir un bon équilibre de son diabète malgré ses multiples consultations chez des Spécialistes et deux hospitalisations pour hyperglycémies sévères. Il est cependant très souvent confronté à des petits traumatismes en particulier au niveau de ses mains et doigts (plaies et blessures dues aux outils de travail et aux plants et arbustes manipulés), ces accidents sont parfois compliqués d'incidents infectieux entretenus par son diabète mais aussi influençant de façon défavorable l'équilibre de son diabète.

Ces différents accidents bien que sans grande gravité sont consignés au niveau du registre des incidents mineurs du Service de Médecine du Travail et leur nombre semblait s'accroitre de plus en plus. Un accident du Travail du même type mais un peu plus grave que d'accoutumée (avec complications infectieuses) est finalement survenu ayant nécessité un arrêt de travail d'une dizaine de jours. A l'époque la visite médicale de reprise du travail était encore obligatoire après 8 jours d'arrêt pour Accident du travail et le Médecin du Travail avait jugé d'envisager un Reclassement Professionnel pour ce salarié en prononçant une Inaptitude provisoire à la reprise du travail au poste de jardinier au vu de son dossier médical et de ses antécédents traumatiques. Après concertation avec l'employeur, le salarié a été muté à un poste de "coursier" au service administratif et remplacé par un jeune jardinier (son ancien jeune apprenti). 

Au total, l'Aptitude Médicale au poste pour ce salarié diabétique avait donc été remise en question vue que les tâches qui lui incombaient jouaient un rôle défavorable sur l'équilibre de son diabète et pouvaient être la principale cause de l'évolution imprévisible de sa maladie malgré tous les efforts thérapeutiques déployés et les multiples consultations et avis spécialisés prodigués.